Comme une star de cinéma (-16 ou -18)





[ 1 ]

Quand on s'appelle Michel Lebarré, on peut faire quoi dans la vie ? On sent de suite qu'on va être exclu des circuits... Ou interné ! Pourtant, j'ai réussi, je suis reconnu, je suis demandé, et je reste libre. Un luxe qui a un prix.

A l'âge de 19 ans, j'obtins enfin mon bac mention " Ouais, ben, flambe pas, c'est passé juste ". Après 4 essais. Je suis passé de " surdoué " à " vaguement en retard ". Personne n'a compris. Un blocage. Ou plutôt une découverte. Une femme.


De celles qu'on oublie pas. Qui vous forgent. Vous tuent aussi. Une femme la plus belle et la plus intelligente du monde et de tous les temps. De celles qui comprennent tout avec une tendre bienveillance, dans l'écoute comme sous la couette. Femme enfant et femme mentor. Qui prend votre main pour la poser sur son sein et la descendre lentement vers son entrecuisse. Sans un mot. Juste un regard doux et coquin. J'avais 16 et elle 22. Pas grand-chose de différence. Juste une vie. Elle est mon jardin secret, ce souvenir immortel, cette silencieuse amie dont je réinvente les phrases jamais prononcées pour mes moments de doute.

Je venais d'avoir mon bac et un mot dans ma boîte aux lettres. Le même jour. J'ai pris la lettre dont je reconnaissais l'écriture. L'ai décachetée d'un coup de clé. Et j'ai lu. Quelques lignes. Un enfant à naître, une responsabilité nouvelle, une proposition de travail. Là-bas, ailleurs. Et son cœur à laisser sur le quai de la gare. Avec moi dedans.

J'ai bien cherché un sens caché, un deuxième, un troisième, un Xème degré à cette lettre. Et à force de creuser, je me suis retrouvé au fond du trou, comme un con. Vide. Seul.

Tout le monde a cru que c'était mon relatif échec au bac qui me minait. J'ai rien dit. Juste acquiescé. Je mangeais moins. Je zonais entre le salon et ma chambre. En attendant les vacances, je me suis inscrit en fac pour tenter un DEUG de Cinéma. Un truc sans réel autre débouché que l'ANPE. Sauf si...

Un truc que j'oublie de vous dire. J'ai un don. Enfin, c'est les autres qui pensent que c'en est un. Et vu ce qui s'est passé, ils ont sans doute pas tort. J'ai la capacité d'être en érection sur commande et de faire de mon sexe ce que je veux. Il n'est ni long, ni épais. Juste proportionné. Apte à pratiquer tous les terrains. La peau douce, bien innervé. Vaillant dans l'effort. Et parfois taquin. Je ne peux pas faire le ventilateur avec, mais je n'en éprouve aucun regret vu que depuis Jean-Luc Bideau dans " Et la tendresse ? Bordel ! ", le gag est déjà fait.

C'est arrivé un peu par hasard. Un flirt dans une soirée. On reste dormir sur place. La maison plongée dans le silence. Les jeans et les t-shirts qui s'enlèvent. Et puis, le reste. Elle s'appelait Sophie. Plus connue sous le pseudo de Stacy Love. Mais ça, sur le moment, j'en savais rien. Tout ce que je sais, c'est qu'au petit matin, je l'ai emmené chez moi. Et on a baisé tout le dimanche et le lundi aussi. J'ai raté le cours sur " l'utilisation de la contre-plongée comme engagement social dans l'œuvre de Dante Panatovic". Dommage. Mais moi, j'avais Imax - dolby 7.1 dans mon salon, sur la table de la cuisine, sur le canapé lit, sous la douche, sur le tapis et aussi sur le balcon. Y avait pas grande distance à parcourir. C'est l'avantage d'un studio.


A SUIVRE

_______________________________________
Toute la nouvelle (8 chapitres) est offerte pour tout achat de "Comptes à rebours Malik", par Fred Daviken - Éditions Books on demand.